Archives mensuelles : octobre 2012

Graveyard – Lights Out

20121027-180721.jpgGraveyard est un groupe suedois qui a à son actif 3 albums, le dernier étant sorti hier et dont je viens de recevoir un exemplaire en 33 trs de chez Nuclear Blast.

Le vinyl en lui même est deja un bel objet.
On sent que les teutons de NB essayent de choyer leur recrue et son audience en proposant vraiment un package de qualité : pochette double de belle facture poster, lyrics, range vinyl original.

Les suedois sont vraiment attendu au tournant suite à l’enormissime Hisingen Blues de 2011 qui constitue pour moi une des meilleurs decouvertes/albums de ces dernieres annees et qui fut très bien accueilli par la presse et surtout par l’ensemble que constitue la blogosphère stoner/doom.

Je n’ai l’album que depuis 24 h et 3-4 ecoutes au compteur (sachant que je dois gérer ma drolesse de 16 mois en même temps) mais je dois dire que je suis concquis et ce pour deux raisons :
– C’est bien du Graveyard
– Ce n’est pas Hisingen Blues 2.

20121027-180728.jpgEt franchement ce deuxième point à toute son importance. Difficile de sortir un skeud moins d’un an après une bombe sans se laisser succomber à la facilité de ressortir la même recette. Bon, ça reste du Graveyard comme je le disais mais le groupe semble avoir muri tant au niveau de la production que de la construction de certains morceaux. L’album dégage par ailleurs une aura plus sombre qui n’est pas déplaisante.
 

Un gros plus pour la voix du chanteur que je trouve encore plus maîtrisée que dans le précédent opus.
Je ne suis pas très bon dans l’exercise de la chronique et c’est pourquoi je termine ce billet par ce conseil concernant cet album :

PLAY IT LOUD !!!

 

Publicité

Vu à la télé.

Les bbbrunes sortent leur album en 33 tours,

 

 

J’aimerais bien connaître les personnes qui achèteront une bouze enregistré en numérique porté sur support analogique sur une chaîne haute fidélité.

 

M’enfin, j’imagine qu’il en faut pour tous les goûts et que la mode est plus forte que la raison.


Arrivages du jour

Rhaaa….

Un billet prochainement pour parler plus précisément de ces albums …


Des beaufs chez les profs?

Est-ce possible?
Moi qui défends habituellement bec et ongles le corps enseignant, suis-je en train d’accuser mes collègues de beaufitude? Certains.
Peut-être faut-il y voir un lien avec le fait que je bosse dans un « désert éducatif » (bah quoi, on parle bien de déserts médicaux…?), toujours est-il qu’il y a certains de mes nouveaux collègues que j’aimerais bien vous coller dans les pattes pour un débat du 31 décembre par exemple.
Décor: repas à la cantoche, tout le monde y va de sa petite anecdote sur son week-end… et là Didier (ça ne s’invente pas) nous explique qu’il a « décrassé son moteur » dimanche. Evidemment je m’étrangle avec mes petits pois, et lui demande des détails. Pas d’erreur, il parle bien d’une belle ligne droite de campagne, où il a pu « monter à 180 ».
Non mais sans déconner… Il faut vraiment que je rajoute qu’il fait des blagues de fion à tout bout-de-champ? Bref, c’est un beauf.
Et maintenant François, mon préféré. Deux mariages à son actif, enfin je devrais dire deux divorces. Prof de sport. Ressemble parfaitement à M.Mégot de Gaston Lagaffe. Son truc favori? Les jeux-de-mots, les calembours! Impossible de discuter avec lui de quoi que ce soit, il coupe la parole trois fois par phrase pour en placer une bien bonne. Un des plus grands fachos que j’ai rencontré (il m’a enchaîné sur Pinochet quand je lui ai dit que j’avais adoré le dernier Kirikou). Met des calottes aux gamins, bien entendu. Et des mains aux fesses de sa collègue d’EPS, il va sans dire.

Les français imaginent-ils que les personnes en charge de l’éducation de leurs chères têtes blondes peuvent aussi être aussi cons que ça??? Moi je ne m’y fais pas. Et ça me met en rogne parce qu’on passe tous pour des crétins arrogants (auprès des parents, des élèves) dès qu’ils ouvrent la bouche.

C’était mon coup de gueule du jour!


Langfinger – Skygrounds

Un bon album est dur à trouver et, par dessus tout, difficile à définir car au final très subjectif.

Pour moi, il s’agit d’abord d’un album qui vous accroche dès la première écoute. A peine le premier riff parti, vous savez que ce skeud contient tous les ingrédients pour passer un bon moment le cul dans votre fauteuil en compagnie de Marie-Jeanne et vous emportez dans son univers.

Puis il y en a d’autres plus insidieux. Les albums qui, sur le coup, vous font dire mouais mais qui, mit au hasard sur votre platine, vous feront taper du pied et voire même hocher inconsciemment la tête.

Skygrounds est de cet acabit. Au départ, rien d’extraordinaire : un album de stoner/70’s assez classique dans sa forme exécuté avec cœur ses interprètes. Au fur et à mesure des écoutes, de nouvelles choses apparaissent à vos oreilles et vous vont apprécier la diversité de cet album. Du premier titre Herbs in My Garden classique mais qui constitue finalement une bonne accroche à Restart the groove et ses synthé pas si niais qu’ils n’y parraissent aux riffs Kyuesque de Iller, tous dans l’album me laissent en bout de course en goût plutôt agréable en bouche.

Chaudement recommandé.


Pixies – Surfer Rosa

Ce soir on dépoussière les vieux skeuds et on tombe sur les Pixies.
Un album : Surfer Rosa de 1988.

Fin du punk, début du grunge, album pop. Un peu tout à la fois. Vous connaissez tous au moins un morceau même sans savoir que c’est eux. Les thèmes abordés sont chelou. Grand et gros album.

A (re)découvrir d’urgence.


The Original Slowhand And The Evil Minions – Bring the funk back … please

The Original Slowhand And The Evil Minions

Hummm c’est qu’un nom comme ça sent presque le gros métal teutons.

Ben pas du tout.
Loin de là même.

Bon, le CV du chanteur fleur bon le power metal avec son groupe kiuas.

Mais là, strictement rien à voir.

Car ce soir il est plutôt question de … funk.

Et oui du funk. Je ne suis pas connaisseur de cette musique ; je dois posseder 3-4 albums en tout que je n’écoute pratiquement jamais (par ex The Meters) sauf, bien sur, celui de ce billet.
Je ne sais pas trop quoi dire concernant l’album, juste que je trouve ça super frais et même dansant (ce qui me fait penser que ma fille danse sur du metal maintenant, ce qui, vous vous en doutez, me remplie de fierté).
J’espère que vous apprécierez autant que moi.


Brèves de comptoirs.

Ce blog est né par hasard.

Il s’agit en premier lieu d’amis que les kilomètres ont séparés et qui s’écrivent des mails pour continuer comme avant.

Continuer de parler, d’échanger, de s’éngeuler, de découvrir, de rire.

Puis au fil d’une discussion, l’un d’entre nous a émit l’idée saugrenue de partager nos palabres avec le monde entier.

Pourquoi pas.

Nous n’avons pas trop réfléchi au contenu mais qu’importe, on se lance, on écrit et on verra bien ce que ça donne ensuite.

Bonne lecture.

UT RIDENTIBUS ARRIDENT, ITA FLENTIBUS ADFLENT